Madame Hibou rêvait d’avoir un appartement.

Bien sûr, tous ses voisins nocturnes pensaient qu’elle devait être un peu folle.

— Oublie tes rêves, répétaient-ils en faisant claquer leur bec. Tu ne réussiras jamais à quitter ton vieil arbre.

Mais Madame Hibou n’était pas du genre à se laisser décourager.

Une nuit, elle rassembla ses forces, avala un médicament contre la fièvre, croqua un carré de chocolat pour en faire passer le goût, brossa ses plumes, hulula deux ou trois fois pour éclaircir sa voix, elle s’empara de son téléphone et elle se mit à chercher.


Album jeunesse écrit par Caroline Dorka-Fenech

Éditions À pas de loups, mai 2021


Madame Hibou cherche appartement est aussi une lecture-performance où son, voix et dessin se mêlent en direct et en trio, avec la collaboration du musicien et compositeur David Fenech.
Papiers découpés, guitare électrique, peinture sous caméra, hululements et instruments improbables interprètent ce récit nocturne, entre inquiétudes administratives et joies collectives.

Plus d’infos sur le site Plateau Lecture.

Revue de presse :

Ce magnifique album aux illustrations raffinées nous laisse entrevoir, avec autant d’humour que de tendresse, un monde meilleur où chacun prendrait son destin en main, dans un climat d’entraide et de bienveillance…

Le coin des p’tits loups – août 2021

Un très bel album, coloré, tendre et joyeux qui aborde sans fard le mal-logement, l’absurdité administrative et le mode participatif et solidaire.

méli-mélo de livres – 28 mai 2021

Coup de cœur du mois de la Mare aux mots :

Madame Hibou cherche appartement est un formidable album, une merveille de poésie et d’intelligence. (…) Madame Hibou cherche appartement est un hymne à la désobéissance civile. Une seule question doit se poser : face à une légalité défendue par un système absurde, la légitimité ne peut-elle primer ? La légitimé c’est de construire soi-même son logement, de se réapproprier son quotidien, sa vie en dehors des cadres tendus par un pouvoir oppressif. L’utopie est belle et l’on se plaît à rêver, avec les illustrations de Géraldine Alibeu à une forêt construite et soignée par ces petites mains (ou ces petites plumes)… Hibou de toutes les forêts, unissez-vous (et donnez l’exemple aux humain·es !)

La suite ici :

La mare aux mots – 25 mai 2021

Un splendide album terriblement contemporain qui évoque avec clairvoyance la précarité, le manque d’accès aux logements, la lenteur de l’administration – et l’absurdité de ses lois -, la solidarité et l’habitat participatif. Le texte est merveilleusement mis en valeur par des illustrations aussi flamboyantes que tendres! À glisser d’urgence dans toutes les mains, petites et grandes !

@nadegefumex – mai 2021

Cet album écrit par @caroline_dorka_fenech et illustré par @geraldinealibeu est un immense coup de cœur visuel. Le travail sur les couleurs, les textures, le relief est si beau. Je suis carrément fan 😍. L’histoire, elle, est étonnamment moderne. En effet, Madame Hibou et ses semblables sont confrontés à l’absurdité des démarches administratives, à la froideur de la bureaucratie. L’autrice dénonce avec subtilité le mal logement et la précarité. Tout en faisant la promotion de l’union et de l’habitat participatif! Quand je vous dis que c’est un livre important 🤗! Merci à @apasdeloupseditions pour cette surprise 📖.

@agathocroustie – mai 2021